dubegaiementdansmaclasse

Site destiné aux enseignants

Définition 5 janvier 2013

Le bégaiement est un trouble de la fluence et de la communication, qui affecte le débit de la parole, se manifestant par des répétitions en excès, des blocages et par des pauses inhabituelles  de durée anormale.

 

Des mouvements accompagnateurs, parfois spectaculaires, peuvent s’y ajouter, affectant le visage, la respiration, les membres, d’une amplitude quelques fois impressionnante.  Ils peuvent également se manifester  par de légers tremblements ou une fixité de la mimique.

Il faut être deux pour bégayer : la perturbation et la désorganisation de la parole se manifestent le plus souvent en situation de communication. Généralement, un enfant qui parle seul ne bégaie pas, mais l’inverse est possible également.

 

Par ailleurs, l’aspect de pénibilité fait partie intégrante du trouble :

  • pour la personne bègue qui fait l’effort, ou en donne l’impression,
  • pour le destinataire, gêné face à un sujet bègue, ne sachant comment réagir, ni comment intervenir pour faciliter l’échange.

On peut ajouter qu’un enfant bègue a souvent conscience de son trouble, et il  y associe généralement une souffrance.

Qui dit bégaiement dit caractère fluctuant : les facteurs qui provoquent les disfluences (= tout ce qui perturbe la parole de façon inhabituelle (répétitions de sons/syllabes, blocages, pauses inhabituelles…) sont variables d’un patient à un autre, ces-dernières arrivent généralement au moment où elles sont le plus redoutées. Le trouble évolue aussi de manière fluctuante, avec des récidives, des régressions…

Le caractère fluctuant est source d’anxiété pour la personne qui bégaie car elle fait vivre une fois encore une expérience de manque de contrôle.

 

Le bégaiement peut se manifester par des conduites réactionnelles, telles que des évitements et contournements de mots, de situations,  qui se mettent généralement en place lorsque le bégaiement est installé.

 

One Response to “Définition”

  1. Cédric Says:

    Il n’y a absolument pas besoin d’être deux pour bégayer. J’en suis l’une des preuves vivantes 🙂 Ce n’est pas parce qu’on a classifié le symptôme du bégaiement dans les troubles de la communication qu’il ne se manifeste qu’en situation de communication. La surdité est aussi un trouble de la communication, on n’oserait pas affirmer d’une personne que sa surdité n’intervient qu’en situation de communication. Il en va de même pour l’autisme et beaucoup d’autres particularités neurologiques pouvant troubler la communication, conséquence et pas nature. Quant aux efforts, ils ne sont pas toujours qu’une impression 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s